Notre site web utilise des cookies pour améliorer et personnaliser votre expérience et pour afficher des publicités (le cas échéant). Notre site web peut également inclure des cookies provenant de tiers comme Google Adsense, Google Analytics, Youtube. En utilisant le site web, vous consentez à l'utilisation de cookies. Nous avons mis à jour notre politique de confidentialité. Veuillez cliquer sur le bouton pour consulter notre politique de confidentialité.

Faute de touristes, les éléphants en Thaïlande retournent dans leurs habitats naturels

L’épidémie a beaucoup touché l’économie thaïlandaise, surtout le secteur tourisme. Qui dit tourisme dit sanctuaires d’éléphants dans le pays, en l’absence de visite et à défaut de les nourrir, les propriétaires d’éléphants n’ont plus le choix que de les faire retourner dans leur habitat naturel.

Les camps commerciaux d’éléphants et les sanctuaires en crise, les éléphants au chômage

Les éléphants sont l’une des attractions touristiques les plus prisées des touristes en Thaïlande. Étant donné que les frontières sont fermées pour éviter la propagation rapide du coronavirus, les camps commerciaux et les sanctuaires ne gagnent plus d’argent pour nourrir et entretenir les éléphants.

Eléphants au chômage

Avec la crise qui dure déjà depuis deux mois, ils ont dû retourner plus de 100 éléphants dans leurs habitats naturels, à plus de 150 km des sanctuaires. Toutefois, pour la fondation Save Elephant, c’est un mal pour un bien, car les éléphants méritent de vivre dans leur habitat naturel pour leur épanouissement et leur autonomie selon la fondation.

Une situation alarmante selon World Animal Protection

En Thaïlande, les pachydermes vivant dans les sanctuaires risquent tous de mourir de faim. Selon la société londonienne World Animal Protection, cette famine touche à peu près plus de 2000 éléphants.

On recense depuis le mois d’avril une centaine d’éléphants qui sont retournés à Mae Chaem dans leur terre natale où vive une minorité ethnique, les Karens, qui élèvent traditionnellement des pachydermes.

World Animal Protection

Selon la fondation Save Elephant, l’initiative de ramener les éléphants affamés à la maison vient des propriétaires eux-mêmes, un projet soutenu depuis longtemps par la fondation. En effet, l’appel de la fondation concernant la maltraitance des éléphants dans les attractions touristiques de haut niveau en Thaïlande ne date pas d’aujourd’hui.

La bonne initiative de Sadudee Serichevee, éleveur d’éléphants

Propriétaire de quatre éléphants à Mae Wang, Sadudee Serichevee a décidé de créer son propre petit parc suivant l’approche de la fondation Save Elephant. À part ses quatre pachydermes, il a fait venir des éléphants provenant du village de sa femme. Avec la crise qui perdure, les efforts de Sadudee Serichevee et de sa femme sont tombés à l’eau faute de moyens.

Sadudee Serichevee

En effet, le couple n’avait plus les moyens de louer les terrains et installations, la nourriture des éléphants, les salaires de manutentionnaires, etc. Il n’a pas eu d’autres choix que de ramener leurs éléphants à la maison dans leur village à Ban Huay Bong. Selon l’éleveur, cela fait depuis 20 ans que les éléphants ne sont pas rentrés chez eux, et ce retour à la maison leur fait du bien.

En attendant la fin de la crise sanitaire, la fondation Save Elephant tente bien que mal d’aider à nourrir les éléphants affamés se trouvant au chômage.

Par Stephane

Rédacteur depuis près de 10 ans pour plusieurs grands médias français, c'est avec plaisir que je participe à la revue Sextant pour vous proposer des articles d'actualités et d'informations.

Ailleurs sur le web

A voir aussi