Koh-Lanta, les 4 Terres : Les insultes racistes proférées à Hadja ne l’atteignent plus !

Hadja, l’une des candidates de l’émission, a subi des attaques racistes de la part des internautes sur les réseaux sociaux. Un traitement indigne qu’elle n’a pas manqué de dénoncer dans une interview.

Des critiques virulentes contre Hadja sur Twitter

Des commentaires désagréables ont émaillé la diffusion de l’édition du 28 août du programme « Koh-Lanta, les 4 terres » sur TF1. Les commentaires laissés sur Twitter visaient principalement Hadja. En plus de son refus de porter la corde durant le premier jeu de confort, c’est davantage le comportement qu’elle a affiché à l’endroit d’Alexandra qui a causé l’agacement des internautes. Le qualificatif « boulet » utilisé par Hadja lui a valu de vives critiques.

Dans une sortie le lendemain sur son compte Instagram, cette dernière n’a pas pu s’empêcher de donner sa version des faits. L’essentiel à retenir de ces déclarations, c’est qu’Hadja n’a rien contre Alexandra. Selon elle, il ne s’est nullement agi d’un acharnement vis-à-vis de sa partenaire de jeu. La séquence présentée aux téléspectateurs, affirme-t-elle, ne représente que cinq minutes de leur journée de tournage.

La candidate Hadja sous le feu d’insultes racistes

Des insultes racistes ont également été proférées à Hadja. Candidate à l’émission « Koh-Lanta, les 4 terres ». À titre d’illustration, celle-ci a été traitée de tous les noms d’oiseaux sur les réseaux sociaux. « Bananina, négresse, caca », la jeune femme a fait l’objet d’insultes en rapport avec la couleur de sa peau. Des propos désobligeants contre lesquels elle s’insurge dans une interview accordée à l’Union. Mais malgré cet acharnement, elle se dit sereine, car désormais, elle ne se sent plus concernée par ces invectives.

Dans le même entretien, Hadja affirme s’être confrontée très jeune aux discriminations raciales. « Je vis le racisme depuis ma naissance », a-t-elle indiqué comme pour donner la réplique à ses nombreux détracteurs. Trouvant la situation tout à fait normale, la candidate va jusqu’à déclarer ne pas être en colère ni surprise. Des propos qui tranchent net pour ceux qui croyaient faire du mal à cette dernière. À l’en croire, rien de tout cela ne l’émeut.

Pas de plainte contre les détracteurs, mais des représailles prévues

Tellement elle est habituée à de tels traitements qu’elle a pour ainsi dire fini par développer des sortes de pare-balles. L’obligation d’en parler, selon elle, n’aurait pour finalité que de protéger les personnes fragiles qui s’offusquent face à ce déferlement de haine. Certes, aucune plainte n’est prévue pour le moment de la part de la victime, mais elle ne compte pas laisser ces dérives impunies, si elles venaient à se poursuivre. Et de conclure qu’en cas de récidive, une telle éventualité n’est pas à exclure.

L’interview en question a été relayée sur son compte Instagram suivie de propos dans lesquels elle ne fait pas mystère de son courage et de sa détermination à faire face au racisme. Gardez la pêche, gardez le sourire, écrit-elle à l’endroit des autres personnes victimes du racisme. Et d’ajouter, battez-vous et surtout, soyez fier de vous !

Par Stephane

Rédacteur depuis près de 10 ans pour plusieurs grands médias français, c'est avec plaisir que je participe à la revue Sextant pour vous proposer des articles d'actualités et d'informations.

Ailleurs sur le web

A voir aussi