27 émissions à ne pas rater sur Netflix cet été

Les téléspectateurs peuvent voyager de Westeros à la Terre du Milieu et partout ailleurs au cours d’une saison qui ne montre aucun signe de ralentissement.

Les récents déboires de Netflix, et du secteur technologique en général, ont montré que l’abondance de nouvelles séries à laquelle vous vous êtes habitués – et dont vous vous êtes peut-être lassés – ne durera peut-être pas éternellement. Mais s’il s’avère que cet été a représenté le début de la fin, ce sera une fête d’adieu impressionnante.

La grande nouvelle est l’arrivée, à moins de deux semaines d’intervalle, des séries préquelles très attendues « House of the Dragon » (qui se déroule dans le monde de « Game of Thrones ») et « Lord of the Rings : Les anneaux du pouvoir ». Mais en dehors de l’univers des superproductions de la franchise fantastique, il y a beaucoup à attendre. Certaines des meilleures comédies de la télévision, comme « Reservation Dogs » et « What We Do in the Shadows », sont de retour ; les créateurs de « The Americans » et « American Vandal » présentent de nouvelles séries ; et la comédie d’Albuquerque « Better Call Saul » arrive à son terme.

Et juste au moment où vous pensiez qu’il n’y avait plus de moments de légendes de la comédie à la télévision, Jeff Bridges joue pour la première fois dans une série, « The Old Man ». La télévision continue d’être une trop bonne chose. Voici 27 séries à découvrir cet été, classées par ordre chronologique de date de première. (Cette liste comporte des spoilers sur les saisons précédentes de certaines émissions).

Ms. Marvel’ et ‘She-Hulk : Attorney at Law’.

Les 19e et 20e épisodes de la série télévisée moderne Marvel sont les plus comiques jusqu’à présent. Dans « Ms. Marvel », une vraie fan-girl, la séduisante nouvelle venue Iman Vellani, joue Kamala Khan, une fan de Captain Marvel et la première super-héroïne musulmane de Marvel. Dans « She-Hulk », Tatiana Maslany, de « Orphan Black », joue le rôle d’une avocate de 1,80 m à la peau verte et aux pouvoirs surhumains. Jessica Gao, qui a notamment participé à « Robot Chicken » et à l’épisode « Pickle Rick » de « Rick and Morty », est la scénariste en chef. (Disney+, « Ms. Marvel » mercredi, « She-Hulk » 17 août)

Devenir Elizabeth

La chaîne Starz accueille un nouveau drame en costumes, cette fois-ci une saga historique britannique sur l’ascension d’Elizabeth I qui débute à la mort de son père, Henry VIII. Alicia von Rittberg incarne la jeune Élisabeth et Jessica Raine (« Call the Midwife »), vedette de la télévision britannique, joue la dernière épouse d’Henri, Catherine Parr, souvent mariée. (Starz, 12 juin)

Dark Winds

Pendant longtemps, Zahn McClarnon a été ce type dont on se souvient même si son nom était bien loin dans la liste des acteurs : le flic cynique de la tribu dans « Longmire », le chef comanche qui sert de mentor au héros blanc dans « Le Fils », le robot intelligent qui mène son peuple au paradis numérique dans « Westworld ». Il est enfin le personnage principal de cette adaptation des romans policiers de Tony Hillerman, jouant le rôle de Joe Leaphorn de la police tribale Navajo. (AMC, 12 juin)

Le vieil homme

Jeff Bridges joue le rôle d’un ancien agent de la CIA qui se cache de son sombre passé, qui est débusqué et prend la fuite ; John Lithgow joue le chef de l’agence qui mène la poursuite. C’est le premier rôle régulier de Bridges dans une série, et son travail le plus important à la télévision depuis qu’il a fait des apparitions dans « Sea Hunt » avec son père, Lloyd Bridges. (FX, 16 juin)

« Joueurs

L’équipe d' »American Vandal« , Tony Yacenda et Dan Perrault, tournent leur objectif satirique vers la culture du jeu en livestream et les clichés du documentaire sportif dans une série de faux documentaires sur une équipe de sport électronique qui tente de remporter son premier championnat. (Paramount+, 16 juin)

« L’été où je suis devenue jolie

Jenny Han, dont le roman « To All the Boys I’ve Loved Before » a inspiré une franchise cinématographique pour Netflix, a créé cette série basée sur un autre de ses romans. Lola Tung joue une adolescente qui découvre que sa relation avec les deux frères avec lesquels elle passe toujours les vacances d’été est entrée dans une nouvelle phase. (Amazon Prime Video, 17 juin)

« Délits de Flatbush ».

Kevin Iso et Dan Perlman sont de retour dans le rôle de Kevin et Dan, colocataires à peine communicatifs et émotionnellement rabougris, dans la deuxième saison de cette comédie déprimante mais elliptiquement drôle, la série la plus modeste dans le genre en vogue des sitcoms de banlieue à l’économie de marché. (Showtime, 19 juin)

Shameless

La dernière née des comédies mélancoliques de FX met en scène Jeremy Allen White de « Shameless » (il jouait le rôle de Lip, l’intello) dans le rôle d’un chef qui tente de transformer la sandwicherie familiale en un restaurant plus sérieux après avoir été ramené à Chicago par une tragédie familiale. C’est également la dernière émission de FX à être diffusée sur Hulu, le partenaire commercial de la chaîne. (Hulu, 23 juin)

En lien avec cet article :  Spéculation sur la date de sortie de la saison 2 de Halo, l'intrigue, le casting et plus encore

Loot

Maya Rudolph joue le rôle de la femme d’un magnat de la technologie qui découvre à sa fête d’anniversaire que son mari (Adam Scott) la trompe et sort du divorce avec 87 milliards de dollars. Cette série sur sa crise de la quarantaine très confortablement nommée vient des mavens de la comédie Matt Hubbard et Alan Yang, qui ont également créé la série « Forever » de Rudolph. (Apple TV+, 24 juin)

Vol d’argent : Corée – Zone économique commune ».

Netflix joue la carte de la mixité en installant une nouvelle version de l’une de ses émissions les plus populaires, la série espagnole alambiquée « Money Heist » (« La Casa de Papel »), en Corée du Sud, le pays d’où proviennent la plupart de ses succès non anglophones. (Netflix, 24 juin)

« The Chi

Le mélodrame de quartier nuancé de Lena Waithe, qui suit un groupe entrelacé de familles, d’amis et de fauteurs de troubles dans le South Side de Chicago, revient pour une cinquième saison, la troisième sous la direction du showrunner Justin Hillian. (Showtime, 26 juin)

Westworld

Le drame robotique de HBO, d’un style féroce et élégant, revient pour une quatrième saison avec sa belle distribution et ses idées floues. Thandiwe Newton, Jeffrey Wright, Aaron Paul et Tessa Thompson sont de retour, tout comme Evan Rachel Wood, même si son personnage, Dolores Abernathy, la vengeresse impitoyable, semblait avoir été effacée dans le final de la saison 3. (HBO, 26 juin)

Only murder in the building

La première saison de ce meurtre mystérieux à l’humour hirsute, mettant en vedette Selena Gomez, Steve Martin et Martin Short dans le rôle d’un étrange trio de podcasters spécialisés dans les crimes réels, a connu un grand succès auprès des personnes qui cherchaient quelque chose d’apaisant pendant la pandémie. Dans la saison 2, les détectives amateurs vont enquêter sur le meurtre du président du conseil d’administration désagréable de leur coopérative de l’Upper West Side. (Hulu, 28 juin)

America Outdoors With Baratunde Thurston  » et  » The Great Muslim American Road Trip « .

PBS propose deux séries sur le voyage et la culture avec des présentateurs qui ne font pas partie du courant dominant des hôtes de voyage. L’écrivain et comédien noir Baratunde Thurston rend visite à des personnes vivant au mieux leur vie en plein air dans des endroits comme la Vallée de la Mort, l’Idaho et les Appalaches, tandis que la rappeuse musulmane Mona Haydar et son mari, Sebastian Robins, parcourent en trois épisodes la Route 66. (PBS, 5 juillet)

Oiseau noir

Dennis Lehane a développé cette mini-série factuelle sur un détenu, James Keene (Taron Egerton), qui accepte de se lier d’amitié avec un tueur en série présumé en prison et de le faire avouer avant qu’il ne soit libéré en appel. La cible est interprétée par Paul Walter Hauser, la star de « Richard Jewell » ; le père ex-flic de Keene est joué, dans l’une de ses dernières apparitions, par Ray Liotta. (Apple TV+, 8 juillet)

Better Call Saul

La saga extrêmement antihéroïque de l’avocat louche Jimmy McGill (Bob Odenkirk) entre dans ses six derniers épisodes. (AMC, 11 juillet)

What we do in the shadows

La saison 3 de l’hilarant documentaire de FX sur les vampires s’est terminée par l’arrivée de plusieurs personnages sur un bateau en direction de Londres, à la manière de Dracula. Mais les premiers rapports sur la saison 4 indiquent que les vampires, leur familier, Guillermo (Harvey Guillén), et le nouveau bébé Colin seront rapidement réunis dans leur manoir de Staten Island pour d’autres aventures farfelues et étrangement touchantes. (FX, 12 juillet)

Decoupled

Plus de Mains, plus de Sers et vraisemblablement plus de dragons, car HBO dévoile sa série préquelle à « Game of Thrones », le dernier succès monstre de la télévision linéaire. Se déroulant 200 ans avant l’original et se concentrant sur la Maison Targaryen, elle augmentera considérablement l’incidence de la lettre « y » dans les médias populaires : Le roi Viserys (Paddy Considine), la princesse Rhaenrya (Emma D’Arcy), Lord Corlys Velaryon (Steve Toussaint) et Rhys Ifans (dans le rôle de Ser Otto Hightower, la main du roi). (HBO, 21 août)

Le Patient

Joel Fields et Joe Weisberg, les créateurs de « The Americans », font à nouveau équipe pour une mini-série de FX sur un tueur (Domhnall Gleeson) qui kidnappe son thérapeute (Steve Carell) et demande à être guéri. (Hulu, 30 août)

Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux du Pouvoir

Près de cinq ans après avoir été annoncée, la série qui est réputée être la série télévisée la plus coûteuse jamais réalisée arrive enfin à l’écran. Elle est tirée des appendices de J.R.R. Tolkien au « Seigneur des anneaux » et se déroule des siècles avant l’action de ce livre et du « Hobbit », mais les histoires des elfes, des orcs, des humains et des hobbits (représentés par les ancêtres Harfoots) vous sembleront familières. Le défi : se heurter aux souvenirs des films du « Seigneur des anneaux » de Peter Jackson, une norme bien plus élevée, d’un point de vue artistique, que celle à laquelle « La maison du dragon » doit répondre. (Amazon Prime Video, 2 septembre)

En lien avec cet article :  Les titres des épisodes de la saison 4 de Manifest font allusion à la "descente finale" du vol 828

Le bon combat

Andre Braugher et John Slattery rejoignent Christine Baranski et Audra McDonald dans la sixième et dernière saison de ce feuilleton juridique résolument politique. Si l’on inclut la série précédente, « The Good Wife », l’histoire aura duré 13 saisons ; certains interprètes qui, comme Baranski, remontent à la série originale, dont Carrie Preston et Alan Cumming, reviendront pour ce dernier tour. (Paramount+, 8 septembre)

Les États-Unis et l’Holocauste ».

Ken Burns s’attaque à un sujet épineux dans un documentaire en trois parties : La réponse de l’Amérique à l’annonce de l’Holocauste. Pas encore de projections, mais un communiqué de presse indique que la série fera la lumière sur « ce que le gouvernement et le peuple américains savaient et ont fait – et n’ont pas fait – alors que la catastrophe se déroulait en Europe ». (PBS, 18 septembre)

Darren Star (« Et juste comme ça… ») et Jeffrey Richman (« Modern Family ») ont créé cette comédie avec Neil Patrick Harris dans le rôle d’un New-Yorkais qui se retrouve sur le devant de la scène après que son mari depuis 17 ans l’a quitté. (Les crédits plus anciens et peut-être plus pertinents des créateurs sont respectivement « Sex and the City » et « Frasier »). (Netflix, 29 juillet)

 

Game Of Thrones: House of the Dragon 

Plus de Mains, plus de Sers et vraisemblablement plus de dragons, car HBO dévoile sa série préquelle à « Game of Thrones », le dernier succès monstre de la télévision linéaire. Se déroulant 200 ans avant l’original et se concentrant sur la Maison Targaryen, elle augmentera considérablement l’incidence de la lettre « y » dans les médias populaires : Le roi Viserys (Paddy Considine), la princesse Rhaenrya (Emma D’Arcy), Lord Corlys Velaryon (Steve Toussaint) et Rhys Ifans (dans le rôle de Ser Otto Hightower, la main du roi). (HBO, 21 août)

Le Patient

Joel Fields et Joe Weisberg, les créateurs de « The Americans », font à nouveau équipe pour une mini-série de FX sur un tueur (Domhnall Gleeson) qui kidnappe son thérapeute (Steve Carell) et demande à être guéri. (Hulu, 30 août)

Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux du Pouvoir

Près de cinq ans après avoir été annoncée, la série qui est réputée être la série télévisée la plus coûteuse jamais réalisée arrive enfin à l’écran. Elle est tirée des appendices de J.R.R. Tolkien au « Seigneur des anneaux » et se déroule des siècles avant l’action de ce livre et du « Hobbit », mais les histoires des elfes, des orcs, des humains et des hobbits (représentés par les ancêtres Harfoots) vous sembleront familières. Le défi : se heurter aux souvenirs des films du « Seigneur des anneaux » de Peter Jackson, une norme bien plus élevée, d’un point de vue artistique, que celle à laquelle « La maison du dragon » doit répondre. (Amazon Prime Video, 2 septembre)

Le bon combat

Andre Braugher et John Slattery rejoignent Christine Baranski et Audra McDonald dans la sixième et dernière saison de ce feuilleton juridique résolument politique. Si l’on inclut la série précédente, « The Good Wife », l’histoire aura duré 13 saisons ; certains interprètes qui, comme Baranski, remontent à la série originale, dont Carrie Preston et Alan Cumming, reviendront pour ce dernier tour. (Paramount+, 8 septembre)

Les États-Unis et l’Holocauste ».

Ken Burns s’attaque à un sujet épineux dans un documentaire en trois parties : La réponse de l’Amérique à l’annonce de l’Holocauste. Pas encore de projections, mais un communiqué de presse indique que la série fera la lumière sur « ce que le gouvernement et le peuple américains savaient et ont fait – et n’ont pas fait – alors que la catastrophe se déroulait en Europe ». (PBS, 18 septembre)

Julie
Julie

Rédigé par Julie

Passionnée depuis des années par l'écriture, je suis une personne très curieuse et je me passionne pour de nombreux sujets. Alors quand on m'a proposé de devenir rédactrice pour le magazine sextant, c'est avec plaisir que j'ai accepté de partager ma passion pour l'écriture avec les lecteurs de cette revue.