Facebook et Instagram : leur fermeture pourrait bien arriver en Europe ?

Les réseaux sociaux de Mark Zuckerberg envahissent notre quotidien. Facebook par ici, Instagram par là. Et il faut bien admettre que leur développement a permis d’anéantir la distance pour permettre aux amis et familles de rester en contact malgré les kilomètres.

Cependant, l’utilisation massive de ces réseaux a aussi créé des problèmes concernant les informations personnelles des utilisateurs. Ce qui a d’ailleurs incité l’UE à renfoncer la régulation concernant la gestion des données personnelles sur internet. Face à ces règlements renforcés, Facebook et Instagram risquent de ne pas pouvoir se conformer aux attentes de l’UE. Ce dernier de son côté a lancé un avertissement pour le renforcement de la gestion des données personnelles.

Une fermeture se profile à l’horizon pour Facebook et ses variantes

La tension commence à monter entre Facebook et le régulateur irlandais des infos personnelles. En effet, Facebook est maintenant averti par rapport à la gestion des données personnelles de ses utilisateurs. Selon des documents juridiques déposés récemment, Facebook pourrait être confronté à la décision fatidique de fermer son réseau en Europe. Ce n’est pas une menace, c’est un avertissement incitant le réseau social à se préoccuper davantage des données personnelles des internautes.

Bien des raisons ont poussé le régulateur de la vie privée à lancer cet avertissement, mais le « safe harbor » est surtout la petite goutte qui a fait déborder la vase. Il s’agit d’un principe récent consistant à autoriser les entreprises non européennes à transférer facilement les données des utilisateurs européens hors de l’UE vers les États-Unis. Le protecteur de la vie privée impose alors à Facebook et Instagram à mettre en place un bouclier de protection de données. Autrement, ils vont devoir fermer leurs portes en France.

Une frontière non apparente entre l’internet européen et américain

En tant que simple utilisateur, on ne sait pas qu’une frontière invisible se dresse entre les États-Unis et l’Europe, niveau internet. Après que l’UE ait décliné le système « Privacy Shield » proposé par les USA en raison de son incompatibilité avec le RGPD, l’atmosphère est tendue entre les deux forces économiques mondiales.

En effet, l’UE ne peut pas accepter la solution proposée par l’Amérique. Celle-ci consiste à permettre à l’administration américaine d’accéder aux données personnelles des utilisateurs européens. Selon l’Union européen, cette solution ne va de pair avec RGPD, car il n’est pas possible de permettre aux entreprises américaines de stocker les données des internautes européens.

Facebook n’est pas le seul concerné

Facebook est celui qui revient toujours sur le devant de la scène, mais en vérité, toutes ses filiales sont aussi concernées par cette susceptibilité de fermeture. Effectivement, si le réseau social principal ne pourra plus fournir ses services dans l’UE, c’est clair que Messenger, Instagram et WhatsApp seraient contraintes à la fermeture en Europe.

Avant que le régulateur de vie privée ne mette sa menace à l’exécution, l’entreprise de Zuckerberg devrait trouver des solutions pour se conformer aux normes encadrant le respect des données personnelles des utilisateurs.

Par Stephane

Rédacteur depuis près de 10 ans pour plusieurs grands médias français, c'est avec plaisir que je participe à la revue Sextant pour vous proposer des articles d'actualités et d'informations.

Ailleurs sur le web

A voir aussi