Animaux : Les ours polaires pourraient disparaître d’ici la fin du siècle !

Le rétrécissement progressif des surfaces des banquises, généré en grande partie par les gaz à effet de serre est en route pour faire disparaître le plantigrade.

Privés de banquise, les ours polaires seront privés de nourriture. Donc si la pollution atmosphérique continue à augmenter, la température ascendante pourrait attester la quasi-disparition de ces carnivores blancs, symboles de l’Arctique, d’ici 2100.

Disparition des ours polaire
Disparition des ours polaire

C’est en fait le constat amère d’une étude publiée récemment dans le Nature Climate Change, ou les scientifiques se sont permis d’analyser et de déduire le plus grand danger qui guette les ours polaires : la disparition graduelle de leur milieu, la banquise. Ou ils trouvent leur principales ressources d’alimentation pour survivre.

Le plantigrade vit dans des régions extrêmement froides, en arctique ou le mercure descend souvent 40 degrés en dessous du zéro en hiver. C’est aussi un animal qui a la capacité de jeûner pendant l’été pendant que la banquise fond doucement mais surement !

Manque de glaciers

En raison du réchauffement global, doublement plus rapide aux extrémités de la planète, le manque de glaciers prend de plus en plus de temps. Ce retard dans la régénération de la marquise ainsi que l’incapacité des ours à trouver une alimentation adéquate à leur régime naturel, ont poussés ses derniers à risquer de s’éloigner loin de leur « foyer » habituel.

La disparition des glaciers est surtout plus inquiétante pour les femelles, qui se confinent dans leur tanière durant la saison froide pour ensuite se déplacer au printemps avec leurs petits.

« Elles doivent alors assez de chiens marins pour emmagasiner assez de gras et avoir plus de lait pour nourrir leurs progénitures durant le jeune estivale », déclare Steven AMSTRUP, un des collaborateurs de l’étude en question et responsable de la Polar Bears International.

Une survie de moins en moins sûre

« En estimant le poids optimal des ours, et en faisant l’analogie avec leur dépense énergétique, nous avons estimé le nombre maximum de jours de jeûne auquel peut résisterez un ours polaire avant que le ratio de survie des adultes et des petits commence à régresser », affirme Peter MOLNAR, universitaire de Toronto. Citant l’exemple d’un mâle d’une sous-population de la Baie d’Hudson, pour un ours manquant d’un cinquième de son poids normal au commencement du jeûne ne pourra survivre que 125 jours, contre 200 jours aujourd’hui.

Ours Polaire
Ours polaire

On recense quelque 25 000 ours polaires répartis en une vingtaine de de sous-populations à travers les zones froides du monde, dont quelques-unes sont peu connues.

Heureusement que la détresse ne sera pas de la même ampleur pour tous ces groupes, déduit l’étude. N’empêche que si les gaz à effet de serre continuent à être produits à ce rythme que nous connaissons aujourd’hui, « la baisse de la natalité et de la survie va mettre en péril la persistance de quasiment toutes les sous-populations d’ici 2100 », ajoutent les chercheurs.

« Leur « maison » fond »

La température de la terre a grimpé de plus de 1°C depuis la pré-industrie, provocant ainsi une hausse des canicules et sécheresses. Avec les lois actuels des états, cela nous conduira à une planète à +3°C !

Caser l’ours blanc « en danger critique » selon l’IUCN ne suffira probablement pas à stopper la folie de l’homme à continuer à polluer sa planète.

Par Stephane

Rédacteur depuis près de 10 ans pour plusieurs grands médias français, c'est avec plaisir que je participe à la revue Sextant pour vous proposer des articles d'actualités et d'informations.

Ailleurs sur le web

A voir aussi